L'image de soi après une mastectomie

 
20190826_medecinDirect_octobreRose_article_005_l-image-de-soi-apres-une-mastectomie.png

L’image corporelle correspond à la perception plus ou moins inconsciente que nous avons de notre propre corps. Elle est fondamentale dans l'estime de soi et nous permet de nous affirmer en tant qu'individu et dans les interactions sociales avec les autres.

Après une mastectomie, il est possible de se trouver différente, voire étrangère face à son propre corps en tant que femme. Pourtant, il existe des solutions pour se réconcilier avec ce corps qui a pu faire tant souffrir.

Comment se sent-on après une mastectomie ?

Pour bien des femmes, l’après mastectomie affecte moralement et émotionnellement presque autant que physiquement. Cette chirurgie particulièrement mutilante peut conduire à une déformation de l'image de soi, à une douleur, ou à un lymphœdème très handicapant au quotidien.

Même si la mastectomie peut sauver des vies, l'accepter n'est jamais un choix facile à faire. Au-delà de l'opération et des risques, elle engendre des questions sur son image, sa féminité, ou encore sa vie sexuelle. 

La reconstruction est-elle possible ?

Directement après une mastectomie, il est possible de recréer l'apparence d'un sein en portant une prothèse mammaire externe. Elle permet de retrouver un équilibre corporel et une silhouette harmonieuse qui aident à améliorer la qualité de vie au quotidien.

Dans la plupart des cas, il est aussi possible d'opter pour une chirurgie reconstructrice. Elle permet de reconstruire le sein avec un volume naturel. Elle est possible en même temps que la chirurgie ou de façon différée au cours d'une nouvelle intervention.

En France, environ une femme sur 4 bénéficie d’une reconstruction mammaire après une mastectomie.

Qu'en est-il de l'image de soi ?

Même s'il n'est pas toujours facile de faire face et de garder une attitude positive après une ablation de sein, il est possible de trouver des solutions pour se reconstruire autant physiquement que moralement :

  • En faisant des choses qui vous font du bien : par exemple une activité physique (danse, gymnastique, course à pied, vélo, marche, yoga, pilates…) et/ou créatrice (théâtre, dessin, sculpture…) . Il est démontré que la pratique du sport, adapté à son état, est un facteur très positif et augmente la qualité de vie et le pronostic.  

  • En rencontrant d'autres femmes concernées : Il existe plusieurs  de femmes concernées par le cancer du sein. Certaines sont accessibles en ligne, d’autres ont des points de rencontre. Le partage d’expérience est une aide pour beaucoup de patientes. 

  • En maintenant des relations sociales : en rencontrant régulièrement ses amis et sa famille, il est possible de trouver un soutien psychologique et des encouragements. Et de se changer les idées. 

  • En parlant avec son partenaire : reconstruire sa féminité passe par le regard des autres, et en particulier de son partenaire. Parlez-lui de vos préoccupations et de vos craintes pour trouver des solutions ensemble et vous sentir rassurée.

  • En se faisant aider par des paramédicaux : il n'y a pas de honte à se faire aider par un professionnel de santé. Bien au contraire, il peut être une oreille attentive à votre cheminement et vous aider à traverser les moments les plus difficiles. Dans le cadre de la prise en charge en cancérologie, des réseaux de prise en charge de cancer offrent des prises en charge psychologiques gratuites, et des soins de support avec esthétique, sophrologie, etc. Il y a un réseau de cancérologie par département. 

N'hésitez pas à poser régulièrement des questions à votre médecin et votre cancérologue tout au long de votre parcours avec la maladie. C'est souvent le manque d'information qui empêche d'accéder à une reconstruction physique et une aide psychologique.

Contacter des associations :

  • Vivre comme avant : https://www.vivrecommeavant.fr/

  • Rose up : https://www.rose-up.fr/

  • SOS Cancer du sein : http://www.soscancerdusein.org

  • A chacun son Everest : http://www.achacunsoneverest.com

 
blogMartin Thibault