Vivre sa sexualité pendant un cancer

 
20190826_medecinDirect_octobreRose_article_011_vivre-sa-sexualite-pendant-un-cancer.png

Le cancer en lui-même ainsi que son traitement peuvent affecter la sexualité et les fonctions sexuelles. Ils peuvent aussi affecter le partenaire et la relation.

Même s'il n'est pas toujours facile d'en parler ouvertement et franchement, consulter un professionnel de santé peut aider à faire face à tous les changements sexuels engendrés par la maladie.

Quels sont les changements de la maladie sur la sexualité ?

Chacun traverse le traitement et la maladie de façon unique. Pour certains, les sentiments et le comportement sexuel ne change pas. Cependant, pour d'autres, des changements temporaires ou permanents peuvent être très handicapants au quotidien et dans la relation de couple.

La maladie et son traitement peuvent entraîner une baisse de libido ou une incapacité à se détendre et apprécier sa sexualité. Physiquement et émotionnellement, il est possible d'être affecté par :

  • Les effets secondaires du traitement : qu'il s'agisse de la fatigue, de la douleur ou encore des nausées et des vomissements, il est fréquent de constater une baisse d'intérêt pour la sexualité et le désir sexuel en général.

  • Les changement d'apparence : gain ou perte de poids, cicatrice à cause de la chirurgie, stomie ou encore perte d'une partie du corps, ces changements peuvent engendrer une perte de confiance en soi.

  • Les changements de la réponse sexuelle : entre les traitements hormonaux et la chirurgie, il est possible de ressentir une incapacité d'excitation ou de jouissance.

  • Les changements émotionnels : qu'il s'agisse de la peur, de la colère, de la culpabilité, du stress, ou de la tristesse, ils peuvent affecter la libido et la capacité à se sentir proche de son partenaire.

Si le médecin ne contre-indique pas les relations sexuelles, il n'y a pas de raison de ne pas en avoir si vous en avez envie. Avoir des relations sexuelles n’accélère pas le développement du cancer et ne fait pas augmenter le risque de réapparition de cette maladie. De plus, n'oubliez pas que le cancer n’est pas contagieux. Vous ne pouvez pas attraper le cancer en embrassant quelqu’un qui en est atteint, ni en le touchant ou en ayant des relations sexuelles avec lui.

Comment faire face à tous ces changements ?

Malgré les défis, il est possible de s'adapter et de trouver une intimité différente pour ressentir du plaisir et même avoir des relations sexuelles.

Pour cela, il est possible de :

  • Parler à son partenaire de ce que l'on ressent, que ce soit la douleur ou une certaine sensibilité.

  • Faire preuve de patience en commençant par un rapprochement physique doux qui ne provoque pas d'inconfort.

  • Prendre le temps de se reposer en cas de fatigue avant d'avoir une relation sexuelle et ne pas hésiter à essayer différentes positions qui ne nécessitent pas beaucoup d'énergie ou qui durent moins longtemps.

Il faut souvent du temps et beaucoup d'efforts pour maintenir ou retrouver le même niveau d'intérêt sexuel qu'avant le diagnostic de cancer. C'est pourquoi il est important d'être patient l'un envers l'autre et de communiquer ouvertement et franchement. Partager ce que l'on ressent est souvent le premier pas pour identifier les problèmes et trouver des solutions.

En savoir plus : Institut National du Cancer : https://www.e-cancer.fr 


 
blogMartin Thibault